De la 2D à la 3D

Depuis l’Antiquité, les hommes ont consciences du relief.

Au troisième siècle avant J.C, Euclide, définit ainsi le principe de la vision en 3 dimensions :

Il est connu essentiellement par son volumineux traité appelé « les éléments ». Les livres « Onze » à « Treize » traitent de la Géométrie dans l’espace Euclide rédigea aussi d’autres ouvrages dont « Optique », premier traité grec sur la perspective

Aristote développe ensuite pour la première fois, une idée intéressante : la lumière est une vibration du milieu, comme pour le son Nous devenons alors très proche de quelque chose de relativement moderne

Plus tard à Alexandrie, Ptolémée étudie la réfraction. Il élabore expérimentalement les lois de la réflexion et introduit la notation d’axe visuel, autour duquel la vision se concentre.

Cinq siècle plus tard, Galien, médecin de l’empereur Marc Aurèle, commença en disséquant l’œil à étudier l’existence des nerfs entre l’œil et le cerveau. Il laisse, également, la trace d’études relatives au phénomène de la vision en relief.

Fichier:Charles Wheatstone - Project Gutenberg etext 13103.jpg

 

En 1832, Charles Wheatstone étudie des moyens pour observer les dessins en relief, et il fait breveter son « stéréoscope » en 1838. Cet appareil est muni de deux grands miroirs formant un angle contre lequel s’appuie l’utilisateur. Les dessins à observer sont placés aux deux extrémités, on les voit inversés par les miroirs. L’année suivante, il apprend comme tous les scientifiques que Daguerre à Paris et Fox Talbot à Londres ont mis au point des procédés de « photographie ». Il fait prendre des photographies en relief.

 

 

Dans la même période, David Brewster invente un stéréoscope à deux lentilles, mieux adaptées que celui à miroirs pour observer les photographies qui manquent encore de contraste. Il fait fabriquer le premier appareil photos à deux objectifs, spécial stéréo. Et en 1839 il réalise le stéréoscope à prisme.

 

 

C’est en 1896 que François Berthier fait part de ses travaux sur l’image en relief : le principe des « réseaux lignés » formée sur un support composé de lignes successives noirs et transparentes chargées de masquer à chacun des yeux l’image qu’il ne doit pas voir. Il proposa un appareil de chronophotographie, un praxinographe.

Auteur de nombreuses publications et brevets il mit au point des dispositifs permettant d’obtenir l’impression de relief soit par vision directe soit par projection sur écran stéréoscope.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site